Plancher chauffant : Guide d’informations, Devis et Conseils

C’est au IVe siècle avant Jésus-Christ que les Romains inventent l’ancêtre du plancher chauffant.

À l’époque, c’est de l’air chaud ou de la vapeur provenant des thermes qui offrent cette source de chaleur aux foyers les plus aisés de la Rome antique.

Cliquez ici pour obtenir un devis

Depuis, les techniques ont bien sûr beaucoup évolué, pour aboutir aux planchers chauffants qui équipent désormais nos habitations.

Sur ce site, nous vous parlons de tous les types de matériels désormais accessibles, des normes, de l’installation ou encore des prix de ces chauffages par le sol de plus en plus efficaces, qui offrent un confort d’usage idéal.

Les différents planchers chauffants

plancher-chauffant-acova-thermacome-2-e1429608475111

Il existe plusieurs types de planchers chauffants, qui fonctionnent de différentes façons.

Nous prendrons donc le temps de décrire chaque mode de fonctionnement, en expliquant les avantages et les inconvénients des différentes techniques de chauffe, ou des fonctionnalités inhérentes à toutes ses installations.

Chauffage au sol eau

Le plancher chauffant eau, que l’on appelle aussi chauffage au sol hydraulique ou hydronique, fonctionne à l’aide d’un réseau de tubes en matériaux de synthèse ou bien en cuivre recuit.

De l’eau chaude circule dans ces tubes, qui sont généralement incorporés à une dalle ou une chape qui est elle-même recouverte du revêtement de sol.

Si autrefois, on chauffait directement le revêtement, aujourd’hui c’est la dalle en béton qui accumule la chaleur et la transmet par rayonnement.

C’est beaucoup plus confortable que les modèles des années 60, 70, qui n’offraient pas une chaleur homogène à la pièce, en chauffant beaucoup trop les jambes et pas assez le reste du corps, causant mots de têtes et lourdeurs dans les membres inférieurs.

On trouve aussi des recouvrements secs, qui sont parfaits pour la rénovation, et qui évitent d’intégrer le plancher chauffant directement dans la dalle.

Ce sont des collecteurs qui gèrent la distribution et le retour de l’eau.

Leur avantage est que l’on peut choisir l’énergie qui les anime, que ce soit une chaudière, une pompe à chaleur ou même des capteurs solaires.

C’est probablement le plancher chauffant qui offre le meilleur mode de diffusion, et celui qui permet de faire un maximum d’économies puisqu’il fonctionne en basse température.

Chauffage au sol électrique

Contrairement au plancher chauffant eau, le plancher chauffant électrique fonctionne à l’aide d’un câble chauffant qui est réparti sur toute la surface du sol.

Il y a une isolation constituée de bandes et de plaques de sol, qui éloigne le câble des murs ou de la dalle.

Ces plaques permettent d’orienter le flux thermique autant que possible vers la zone qui nécessite de la chaleur.

Le câble vient se fixer sur les plaques isolantes, généralement d’après un calepinage pré-dessiné.

Il est alimenté par un autre câble lui-même raccordé au secteur.

Le tout est ensuite recouvert d’une chape ou de plaques dites sèches, puis du revêtement de sol.

Il existe deux types de plancher chauffant électrique, l’un à rayonnement et l’autre à accumulation.

Le premier est plus simple à installer et à utiliser, c’est une solution qui sera conseillée pour la rénovation et pour des habitations où les températures ne sont pas excessivement basses.

Le second est plus utile dans les zones aux climats plus rigoureux. La chape est plus épaisse et c’est elle qui accumule la chaleur avant de la restituer.

On utilise alors l’inertie de la matière qui emmagasine les calories pendant la nuit, lorsque l’électricité est moins chère, pour les restituer pendant le jour.

Le plancher chauffant électrique à accumulation sera souvent combiné à des émetteurs d’appoints, radiateurs, plinthes chauffantes, ou même plafond chauffant.

On considère que le plancher chauffant électrique est le système de chauffage électrique le plus confortable qui soit.

Plancher chauffant rafraîchissant

Ce type de plancher chauffant dit réversible, vous apporte un confort total quelle que soit la saison.conseil-plancher-chauffant-rafraichissant

Vous aurez donc de chaleur en hiver, mais aussi de la fraîcheur en été.

C’est un plancher chauffant à eau, qui se relie à une chaudière ou à une pompe à chaleur. En hiver, l’eau chaude fait le travail habituel, et en été, c’est de l’eau froide qui permettra d’abaisser la température de quelques degrés.

Le plancher chauffant rafraîchissant n’apporte pas les mêmes performances qu’un climatiseur, et il sera souvent combiné à ce dernier.

Toutefois, il permet de ne pas pousser la climatisation au maximum et offre une sensation de fraîcheur agréable, à l’image des constructions anciennes qui restent souvent fraîches, même en plein été.

Cliquez ici pour obtenir un devis

Enrobage plancher chauffant

Lorsque le plancher chauffant est en place, il est impératif de le recouvrir de la façon adéquate, pour lui permettre des performances optimales.

Cela dépendra du type de plancher chauffant et de l’habitation en question. La chape d’un plancher chauffant sera soumise à un avis technique, et bâtie en respectant les prescriptions du DTU (Document Technique Unifié).

Il existe 3 mises en œuvre différentes pour le recouvrement d’un plancher chauffant.

Elles détermineront le choix du revêtement du sol et devront être étudiées avec le concepteur, selon l’envie du demandeur. On trouve donc le béton d’enrobage, la chape fluide, et le mortier de scellement.

Normes plancher chauffant

Toutes les règles de mise en œuvre d’un plancher chauffant sont intégrées dans les documents techniques unifiés (DTU), ainsi que dans les cahiers des prescriptions techniques (CPT).

Ces textes expriment un ensemble de normes, avec les certifications de conformité des matériaux ainsi que des produits utilisables, ou encore des avis techniques pour l’installation.

Il faut également prendre en compte les décrets ou les arrêtés ministériels qui régissent la pratique d’évolutions technologiques dans la construction de bâtiment.

On trouve donc des nouvelles normes qui imposent des contraintes de sécurité, d’isolation, de confort ou de consommation énergétique.

Épaisseur plancher chauffant

Pour une nouvelle construction, l’épaisseur d’un plancher chauffant peut dépasser les 10 cm.

La hauteur sera prise en compte dans le dimensionnement des pièces. Cette épaisseur sera notamment déterminée par l’isolant, qui doit avoir une résistance thermique suffisante selon le type de plancher chauffant choisi.

Pour la rénovation, on trouvera de nombreuses contraintes, puisqu’on réduit la hauteur sous plafond, ainsi que le positionnement des portes.

Il est également nécessaire de remonter les prises de courant, afin de respecter la norme NF C 15-100.

Heureusement, il existe plusieurs solutions pour mener à bien son projet.

Calculer la puissance du plancher chauffant

C’est une étape indispensable à effectuer avant l’installation, pour trouver le bon compromis entre la limitation de température à 28°C au niveau du sol, et le confort espéré.

Il faut tout d’abord prendre en compte les déperditions thermiques.prix chauffage au sol

Pour ce faire, il faut connaître la température extérieure de base, qui est une moyenne extérieure mesurée chaque hiver pour toutes les régions, ainsi que la température maximale en été.

Il est ensuite nécessaire de calculer la consommation d’énergie hivernale.

Lorsque vous aurez pris connaissance de la déperdition, vous pourrez alors définir la puissance minimale du plancher à installer.

Elle devra être suffisante pour permettre de chauffer rapidement une pièce, afin d’assurer un meilleur confort.

C’est ensuite la puissance équipable qu’il faut calculer.

On détermine pour cela la surface utile de plancher chauffant, qui s’obtient en déduisant de la superficie, tous les éléments fixes de la pièce, comme certains meubles de cuisine, ou bien une baignoire, mais aussi la bande de retrait qui se situe à proximité d’une cheminée, d’un escalier ou de murs porteurs.

Enfin, il faudra définir la puissance linéique du câble chauffant, afin de respecter la puissance maximale autorisée.

Le CPT précise les rapports de puissance qui doivent être respectés.

Tous ces calculs sont complexes et généralement impossibles à réaliser par un particulier.

Ce sera le travail de l’installateur que de proposer le réglage optimal à son client.

Pour ce faire, il utilisera des logiciels dédiés qui feront les calculs de la meilleure des façons.

Cliquez ici pour obtenir un devis

Installation plancher chauffant

Lorsque le type de plancher chauffant sera choisi, que l’étude thermique, les calculs de puissance et le dimensionnement auront été effectués, alors viendra le temps de l’installation.

Selon que votre plancher chauffant soit à eau ou électrique, les étapes seront, bien sûr, différentes.

Dans tous les cas, pour une construction neuve, les huisseries ainsi que les cloisonnements devront être en place. S’il y a une cheminée, elle devra être montée, et tout le chantier d’électricité doit être terminé aux normes, ainsi que la plomberie.

Le sol doit être parfaitement horizontal avec une planéité impeccable, contrôlée à la règle de maçon et au niveau à bulle.

Il ne doit pas y avoir d’aspérité, et la surface doit être aussi propre et lisse que possible.

Viens ensuite la pose du plancher chauffant et de ses divers éléments, comme le bloc collecteur, les tubes ou le câble, et enfin le raccordement des circuits.

Après ça, on testera l’installation pour s’assurer du bon fonctionnement du chauffage, pour enfin s’atteler aux différentes étapes de recouvrement.

Prix et aides plancher chauffant

Le coût engendré par la pose d’un plancher chauffant varie selon le modèle choisi. Pour un chauffage au sol eau, il faut compter environ 70 à 100€ du mètre carré. Pour un chauffage au sol électrique, le tarif est moins élevé, entre 40 et 50€ du mètre carré.

Le coût d’exploitation se calculera ensuite en fonction des habitudes de consommation, du niveau d’isolation ou des énergies utilisées à son fonctionnement.

Il est possible de bénéficier d’aides et de crédits d’impôt pour mener à bien son projet de chauffage au sol.

Le Grenelle de l’Environnement à en effet mis en place de nombreuses subventions pour le financement des travaux constituant une baisse de la consommation énergétique.

On trouve donc un éco-prêt à taux zéro, ou encore des aides des collectivités territoriales.

Ce sont autant de possibilités de réduire la facture et de rendre la pose d’un plancher chauffant réellement attractive.

Entretien plancher chauffant

Pour un plancher chauffant électrique posé dans les règles de l’art, il n’y a quasiment aucun entretien à prévoir.entretien plancher chauffant

Avant chaque saison de chauffe, il est simplement conseillé de vérifier que l’installation fonctionne correctement, en vérifiant le tableau électrique, ou encore le thermostat.

L’entretien d’un plancher à eau est plus contraignant, puisqu’elle nécessitera une révision annuelle, ou bi-annuelle pour les modèles réversibles.

Hormis l’entretien de la chaudière ou de la pompe à chaleur, qui nécessiteront un entretien et une révision régulière, il faudra prendre soin des circuits hydrauliques.

Il est donc impératif, tous les 5 ans environ, de pratiquer un désembouage. Ce dernier permet de prolonger la durée de vie de l’installation et également d’optimiser le rendement.

Solutions alternatives

Dans le cas ou la pose d’un plancher chauffant serait impossible ou très compliquée, on trouve des plinthes chauffantes ou encore le plafond chauffant, qui sont des solutions moins complexes à mettre en place.

La plinthe chauffante

Elle est, elle aussi, électrique ou hydraulique. Elle permet de chauffer le mur, qui retransmet ensuite la chaleur qu’il a accumulé au reste de la pièce.

Ce système de chauffe est apprécié, car il s’intègre facilement à la plupart des pièces en offrant une chaleur homogène, et un fonctionnement économique.

Elle est généralement très utilisée en rénovation.

Le plafond chauffant

Il réduira forcément la hauteur de plafond, mais seulement de 10 cm environ.

Mis à part ça, il apporte la même qualité de confort que le chauffage au sol et se pose plus simplement que ce dernier.

Il fonctionne par rayonnement à 80 %, le reste se fait par convection, on le trouve en version électrique ou en version à eau et réversible.

Pour les hauts plafonds, ce sera une très bonne solution, pour réduire un peu le volume, tout en apportant une source de chaleur de très bonne qualité.

Cliquez ici pour obtenir un devis