Enrobage plancher chauffant

Pour chaque plancher chauffant, l’installateur pourra proposer des types d’enrobages différents, pour permettre à l’habitation de bénéficier d’un système de chauffage au sol aussi performant que possible.

Toutefois, l’installation finale devra respecter les prescriptions du DTU (Document Technique Unifié), qui peut imposer selon le type de plancher chauffant choisi, l’enrobage adéquat.

Cliquez ici pour obtenir un devis

Il existe 3 types d’enrobages que nous vous détaillons ici.

Le béton d’enrobage

enrobage plancher chauffant

Il s’adapte à tous les types de chauffage au sol, qu’ils soient à eau ou électrique.

Il sera privilégié pour les demandeurs souhaitant poser du carrelage comme revêtement final.

Il s’agit d’un mélange dosé à 350 kg/m³ de ciment, auquel est parfois ajouté un plastifiant qui permet une mise en œuvre simplifiée.

Son prix est très abordable, c’est l’enrobage qui coûte le moins cher, et forcément, il est très souvent utilisé.

On peut le préparer directement sur place, à la bétonnière ou à la toupie. Il est ensuite appliqué en dalle flottante, tiré à la règle de maçon, et enfin lissé à la taloche.

On applique 160 kg/m² au maximum, en prenant en compte le revêtement de sol, pour éviter une inertie thermique trop importante. Selon les isolants, et le plancher chauffant utilisé, l’épaisseur sera comprise entre 20 et 40 mm.

Cliquez ici pour obtenir un devis

La chape fluide

Il y a deux types de chape fluide, la chape ciment et la chape anhydrite.

Elles sont utilisées pour tous les revêtements et assurent un enrobage optimal.

Elles ont toutefois un prix plus élevé que le béton d’enrobage. Elles sont préparées industriellement, et c’est un camion toupie qui effectuera la livraison prête à l’emploi et effectuera l’application à la pompe.

La chape ciment

Elle se compose de mortier à base de ciment Portland, de sable fin, d’un plastifiant et d’un fluidifiant.

Cette chape est autonivelante et facilite donc le travail de l’installateur. La chape ciment peut être appliquée par couche de 4 à 10 cm d’épaisseur, et nécessitera un treillis d’armature.

Elle sera utilisée aussi bien pour un plancher chauffant électrique qu’un chauffage au sol à eau, et offre un très bon rendement à ces derniers.

La chape anhydrite

Encore un peu plus onéreuse que la chape ciment, la chape anhydrite n’est utilisée que pour les planchers chauffants hydrauliques.

Son mortier se compose à 90 % de sulfates de calcium et de sable, auxquels s’ajoutent un fixateur et un activateur.

Elle est autonivelante et autolissante, pour offrir une qualité d’enrobage optimale et faciliter la pose.

On l’applique en faible épaisseur, de 2,5 à 7 cm, et elle ne nécessite pas de treillis d’armature.

Avec ce type de chape, l’inertie est réduite, mais cela facilite la régulation des températures. C’est l’enrobage le plus résistant, offrant un très faible retrait.

Cliquez ici pour obtenir un devis

Le mortier de scellement

C’est la méthode d’enrobage la moins courante, car la plus complexe à réaliser.

Elle n’est utile que pour un revêtement carrelage ou minéral, en maison individuelle. Le mortier de scellement se compose exclusivement de ciment et de sable.

Son épaisseur sera de 5 cm minimum, avec une armature de treillis soudé.

L’installateur tire le mortier à la règle, le compacte et le taloche pour obtenir un sol plan et l’épaisseur prescrite pour le type de plancher chauffant installé.