Epaisseur plancher chauffant

L’épaisseur d’un plancher chauffant doit être prise en compte dés le départ, que ce soit pour une construction neuve, et peut-être plus encore pour une rénovation.

Pour du neuf bien sûr, afin de calculer au mieux la hauteur sous plafond, et la mise en place des parties électriques, et en rénovation pour s’assurer de la possibilité d’opter pour ce type de chauffage et pour le coût des travaux à effectuer si la mise en œuvre est réalisable.

Cliquez ici pour obtenir un devis

Le plancher chauffant sera, dans ce cas de figure, pris en compte dans le dimensionnement.

Il n’y a pas vraiment de règle, mais un chauffage au sol peut dépasser les 100 mm, en prenant en compte le support et le revêtement.

C’est en grande partie l’isolant utilisé, ainsi que l’enrobage qui détermineront l’épaisseur.

On peut ainsi fixer une moyenne en prenant les matériaux les plus utilisés.

Ainsi avec du béton d’enrobage, dont l’épaisseur sera toujours comprise entre 20 et 40 mm, et une mousse en polyuréthane de l’ordre de 45 à 60 mm, on obtient une épaisseur totale comprise entre 65 et 100 mm, sans prendre en compte le revêtement.

Pour la rénovation

Prix-Plancher-chauffant-hydraulique-e1388669545904

C’est ici plus contraignant, et il faudra donc trouver les matériaux capables de nous faire gagner quelques centimètres indispensables.

En effet, la pose d’un parquet chauffant en rénovation réduira la hauteur sous plafond, et entraînera aussi la réduction ou déplacement des portes.

Il faut également prendre en compte la norme NF C 15-100, qui oblige une certaine hauteur aux prises de courant.

On peut opter pour une installation mince, qui peut réduire de moitié l’épaisseur d’un plancher chauffant habituel.

On peut par exemple choisir un isolant à face alu réfléchissant (entre 5 et 13mm), et une chape anhydrite pour l’enrobage à partir de 25 mm, pour une épaisseur finale hors revêtement de 30 mm au minimum.

Dans ce cas, l’inertie sera beaucoup moins importante, et votre chauffage au sol ne sera pas aussi économique, qu’un plancher chauffant installer sur une habitation neuve.

On peut également choisir de surbaisser le sol porteur pour une maison de plein pied.

C’est coûteux à la pose, mais on peut intégrer un chauffage au sol plus performant et plus économique sur le long terme.

C’est toutefois une méthode qui est très rarement utilisée, du fait du temps des travaux et des différents coûts engendrés.

Enfin, à l’étage, il est possible d’installer un chauffage au sol avec une isolation entre les solives, ou entre les poutrelles préfabriquées pour les maisons à ossature en bois.

Pour conclure, l’épaisseur de votre plancher chauffant à une cause directe sur la capacité d’inertie.

Plus l’épaisseur de la dalle est importante et plus elle conservera sa chaleur longtemps. C’est ce procédé qui permet de rendre le chauffage au sol particulièrement économique.

Toutefois, il reste conseillé d’opter pour un chauffage au sol, même d’installation plus mince, mais il faudra faire en sorte d’isoler au mieux l’habitation pour éviter les pertes énergétiques.

Il peut être également intéressant de se renseigner sur le plafond chauffant, qui peut être une meilleure solution dans de nombreuses situations.

Cliquez ici pour obtenir un devis