Installation plancher chauffant

La pose d’un plancher chauffant, qu’il soit électrique ou hydraulique, se fait en plusieurs étapes.

Du dimensionnement au premier test de chauffe, la planification est rigoureuse, et précise généralement le temps défini pour chaque corps de métier entrant dans l’installation.

Si ce mode de chauffage offre un confort optimal et permet de faire des économies d’énergie, il se mérite, et on n’installe pas un plancher chauffant aussi facilement que de simples radiateurs.

Voici donc par type de plancher, les étapes nécessaires à leur pose.

Cliquez ici pour obtenir un devis

Préparation du chantier

installation chauffage au sol

Quel que soit le type de plancher chauffant pour lequel vous optez, la préparation du chantier se fait de la même façon.

Le support qui accueille le chauffage au sol doit être parfaitement lisse et plan.

Il ne doit pas y avoir d’aspérités, d’amas de colle ou de dépôts de plâtre.

Toute la surface doit être contrôlée au niveau à bulle, et il faudra effectuer un rattrapage si un défaut de planéité supérieur à 7 mm apparaît, surtout pour un plancher chauffant à eau.

Il est ensuite nécessaire que les huisseries ainsi que les cloisonnements soient en place et que les structures nécessitant des travaux de maçonnerie, comme une cheminée, soient déjà bâties.

Enfin, les chantiers d’électricité, pour toutes les pièces concernées, et de plomberie, pour les sanitaires, doivent être terminés et aux normes.

Installation d’un plancher chauffant eau

Après la préparation du chantier, l’étude thermique effectuée et les calculs de puissance terminés, vient enfin le temps de la pose.

Elle se déroule en 4 étapes que nous décrivons ici.

La mise en place du ou des blocs collecteurs hydrauliques

Tout d’abord, il savoir qu’il est obligatoire de poser un bloc collecteur par niveau d’habitation, il en faudra donc 1 par étage.

C’est le cœur de votre plancher chauffant eau.

Il est en métal ou en matériaux composites.

Il gère la distribution de l’eau qui provient du générateur, et également les retours vers ce même appareil.

Il repose sur deux supports, chacun équipé de plusieurs raccords, qui représentent chaque boucle.

Il y a au minimum une boucle par pièce, parfois 2 ou 3 pour des pièces volumineuses comme le salon.

Il est très souvent pré-monté et donc déjà prêt à être raccordé, mais il est possible qu’il soit nécessaire de le monter sur place.

Pour chaque boucle, on trouve au départ une vanne qui permet de régler le débit, afin d’éviter que l’installation ne fasse du bruit, et également pour prévenir les surchauffes.

Ce peut être une vanne avec un débitmètre incorporé qui permet un réglage par transparence.

L’eau est donc envoyée par cette vanne directement dans les tubes.

Elle revient ensuite vers la vanne de contrôle, qui sert à réduire le débit, permettant une fermeture complète du circuit.

Sur certains modèles, on trouve une tête électrothermique qui envoie ses informations au thermostat, et qui permet de réguler la température des pièces, une par une.

On trouve également sur chaque bloc collecteur, deux thermomètres à cadran ou numérique, qui affichent les températures de l’eau au départ et à l’arrivée, permettant de contrôler régulièrement le bon fonctionnement de l’installation.

Enfin, deux vannes générales, en entrée et en sortie permettent de couper tout le système d’un coup, et deux pots de terminaison, pour retirer l’air des tubes ou effectuer la vidange, sont présent en à l’aller et au retour.

Le bloc collecteur doit être placé autant que possible au centre des pièces concernées par l’installation.

Il sera à 40 à 50 cm du sol, pour permettre la courbure des tubes, et se loge généralement à l’intérieur d’un placard, ou derrière une trappe en plaque de plâtre, pour être parfaitement invisible.

L’isolation du plancher chauffant à eau

Après avoir posé le bloc collecteur, on s’attaque enfin au sol et à la partie qui permettra de chauffer notre habitation.

Il faudra alors mettre en place l’isolant qui permet de désolidariser le plancher chauffant du sol porteur et de tous les éléments constructions.

C’est d’ailleurs le pourtour que l’on commencera à isoler, et pour ce faire, on utilise alors des bandes périphériques.

Sur les parois en plaque de plâtre ou en plâtre, on procède par agrafage, et pour le béton et la brique, on trouve généralement des bandes périphériques autoadhésives.

Pour le sol, on utilise des plaques en mousse polyuréthane ou bien des plaques en polystyrènes haute densité préformées.

On commence toujours par poser les plaques le long du mur faisant face à la porte d’accès. Pour les plaques en polyuréthane, on les renforce avec un adhésif d’étanchéité afin d’éviter les infiltrations lors de l’enrobage.

Les plaques préformées devront être alignées à la perfection pour permettre la pose des tubes dans les plots.

Toutes les bordures de pièces ou d’éléments constructifs sont ensuite étanchéifiés toujours pour prévenir les infiltrations lors de l’enrobage.

La pose des tubes

Une fois l’isolant bien en place, il ne reste plus qu’à positionner les tubes.

On procède alors boucle par boucle. Chacune d’entre elle se pose d’un seul tenant depuis le bloc collecteur.

Une boucle couvrira généralement une surface comprise entre 10 et 20 m², il faut donc parfois plusieurs boucles pour une surface plus importante.

Sur des plaques préformées, le tube se place simplement entre les plots, pour les plaques en polyuréthane, le tube se clipse généralement dans des rails prévus à cet effet, ou se sur un treillis métallique qui dans ce cas servira d’armature pour l’enrobage.

Cliquez ici pour obtenir un devis

Installation du plancher chauffant électrique

Pour un chauffage au sol électrique, l’installation est simplifiée puisqu’il n’y a pas de bloc collecteur.

On passe donc directement à la pose de l’isolant.

L’isolant du plancher chauffant électrique

Comme pour le plancher chauffant à eau, on procède de la même manière en isolant tout d’abord le pourtour de chaque pièce à l’aide de bandes périphériques, par agrafage ou bien en utilisant des bandes autocollantes.

Pour le sol, on trouve plusieurs choix d’isolant.

Du polystyrène extrudé, du polystyrène expansé haute densité, ou de la mousse polyuréthane, mais également des panneaux de laine minérale ou encore des panneaux plastifiés.

Certaines plaques auront des bords droits, d’autres se clipsent les unes aux autres.

Il sera ensuite souvent nécessaire, selon le type d’enrobage, d’étanchéifier correctement les jointures entre les plaques et surtout les pourtours pour éviter tout risque d’infiltration.

La pose du câble

Vient ensuite la pose du câble.

Elle peut se présenter de deux manières, soit sous la forme d’un câble à dérouler et à clipser dans des plaques préformées, soit sous la forme d’une trame en plastique qui enferme le câble chauffant.

On préférera la première solution pour les pièces de formes irrégulières, en revanche la trame plastique s’avère bien plus simple en mettre en place pour les pièces plus basique.

Raccordement électrique

Il faut ensuite effectuer le raccordement électrique jusqu’au boîtier de connexion.

Chaque extrémité du câble chauffant se compose de fils électriques, qui sont reliés entre eux dans une saignée d’un de vos murs.

Avec des dominos, on dirige l’ensemble de ses câbles vers une boite de dérivation.

Ensuite, la boite de dérivation est reliée à son tour au boîtier de connexion ou au programmateur qui sera situé plus en hauteur.

Cliquez ici pour obtenir un devis